Regard sur un cas d’un harcèlement sexuel non reconnu comme tel.

5fa02868240000631bb03784.jpeg

Ce cas est le témoignage d’un harcèlement sexuel vécu au sein d’une entreprise de conseil. Virginie, une femme consultante en droit de 34 ans vient de finir un master en droit privé. Virginie postule pour faire un stage dans un cabinet d'avocat à Paris durant lequel tout se passe très bien lors des premiers mois.

Jusqu’au jour où un des associés avec qui elle travaille lui confie un dossier “urgent” et elle se retrouve alors seule avec celui-ci à travailler dans la soirée. Elle explique alors que : «Ça a été très rapide. À peine la dernière stagiaire était partie qu'il a agrippé ma chaise par derrière pour la retourner. Il a mis sa main dans ma culotte et m'a embrassée de force en mettant sa langue dans ma bouche». Elle poursuit en disant : «J'étais tétanisée de peur. Honnêtement, je n'ai même pas compris ce qu'il se passait. Mon premier réflexe a été de le repousser, de regarder si mon téléphone était à portée de main et de regarder par la fenêtre pour voir si je voyais les voisins d'en face pour demander de l'aide».

Virginie va repousser à plusieurs reprises son agresseur en disant qu’elle est attendue en bas de l’immeuble. Elle essaye d’avoir une discussion avec son collègue en espérant qu’il soit réceptif et la laisse partir. Elle confie d’ailleurs : «Je me suis dit qu'il prendrait conscience qu’il était en train de déraper, de réaliser un coup de folie et qu'il arrêterait». Elle lui demande pourquoi il lui fait ça alors qu'il a une femme et un bébé et il lui répond simplement que : «La vie, ce n'est pas noir ou blanc».

Plainte.

Elle arrive à s’échapper et porte plainte le lendemain mais ne retournera jamais au cabinet ou elle travaillait. La plainte de Virginie ne donnera pas de suite et elle n’aura jamais de retour des policiers auprès desquels elle a fait sa déposition. Elle explique par ailleurs qu’elle ne s’est pas plus battue juridiquement car cet épisode a mis fin à sa carrière juridique. Ce qui l’a psychologiquement beaucoup impacté, elle avait été considérée : « comme un simple morceau de viande par l’un de ses associés mais c’était à elle d’en payer le prix pour avoir déposé une plainte “injustifiée” lui a-t-on rétorqué, envers son collègue ».

La parole se libère.

C’est avec l’arrivée de #Metoo, qu’elle ose aujourd’hui en parler et espère aussi que d’autres personnes, hommes comme femmes, puissent se défendre et ne plus vivre ce genre de situation. De plus, il faut souligner l’injustice souvent vécue par les victimes de harcèlement ainsi que le manque de sensibilité et de soutien qu’elles ont au sein de l’entreprise qui est censée les protéger et les faire vivre dans un cadre de travail sein et sécurisant.

C’est pour se battre contre ce genre de comportement et pour tendre vers un meilleur avenir pour tous, qu’aujourd’hui Link Intelligence développe une application formant les personnes à vivre ensemble dans le respect de chacun au sein d’une même entreprise.

Notre application est décomposée en 10 capsules de formation :

1° Introduction et objectifs d’une sensibilisation pour des relations de collaboration constructives et sereines entre les hommes et les femmes.
2° 4 bénéfices et 2 vertus
3° Les définitions, les risques, les amendes.
4° Le Cadre légal et obligations : de qui, pour qui, comment ?
5° Les conséquences du harcèlement/sexisme…
6° S’amuser à distinguer drague, harcèlement, sexisme et agression à travers 15 cas/scénarios.
7° 10 scénarios pour apprendre à se faire respecter et aider les autres à l’être.
8° Séduction , humour et entreprise, est-ce compatible ? Quel est le cadre ?
9° J’ai peut-être manqué de respect, comment réagir ?
10° Les 5 sources possibles de nos maladresses les uns envers les autres. Le bon recul pour toujours s’améliorer sur ces questions.